R8S
Photo
Videos
Recensement
Sondages

Actuellement
9 visiteur(s) en ligne
  Accueil    Reportages    Histoire    Infos    YoungTimers    Docs    Humeurs    Forum    Trophee Gordini    Contact

Une certaine légende de

La Course Automobile des 50'ies aux 70'ies
 10  Théorème de Pythagorde: R1134+1=R1135 Histoire
Posté le 2008-07-16 21:32:55 par Guy

For english readers

Nous avions laissé la R8 Gordini R1134 au soir d'une magistrale victoire au Tour de Corse 1965.

Cette performance clôturait la 1ère saison complète en compétition de la R1134 qui a ainsi confirmé la vocation sportive pour laquelle elle était destinée.

Bien sûr elle n'a pas encore atteint sa reconnaissance actuelle mais sa popularité est déjà indéniable. Les pelotons de Gordes se frictionnant les ailes ont marqué les esprits.

1966 marque un tournant décisif dans la carrière de la R8 Gordini : la Régie confortée dans ses choix prépare un 2ème opus plus musclé et une poignée de journalistes vont créer l'écrin qui allait donner tout son éclat à cette voiture précieuse.

L'histoire est en marche ...




Au début de cette année le sport automobile français continue sa mue.
Depuis l’après-guerre, la course est une affaire anglo-italo-teutone, mais les ambitions françaises portées par Alpine et Matra sont clairement affichées : aller jouer dans la cour des grands.
Pour le moment il ne s’agit que de F3 ou de victoire à l’indice de performance mais aussi bien chez les constructeurs que chez les acteurs économiques concernés les moyens sont mis en œuvre pour atteindre cet objectif.

Création de la Coupe Nationale Renault 8 Gordini

Dans cette saine émulation les journalistes ne sont pas en reste et vont amenés leur pierre à l’édifice.
Dès l’automne 1965 les rédactions de Moteurs et de l'Action proposent de créer une formule de promotion réservée à de jeunes pilotes amateurs s’affrontant à armes égales au volant de voitures identiques, en l’occurrence des R8 Gordini. L’initiative rencontre un succès immédiat : les demandes de participation affluent très rapidement.
Le règlement est vite édicté et dès le mois de Janvier le projet est sur les rails. La Coupe R8 Gordini est née.
La compétition se fera sur tous les fronts : 12 épreuves sur circuits, 27 rallyes, 17 courses de côtes. Chaque épreuve sera affectée d’un coefficient dans une fourchette de 5 à 30; 30 étant réservé pour les courses sur circuits de Pau, Reims, Rouen, Montlhéry, Le Mans et Albi.
Afin de préserver l'esprit promotionnel de la Coupe Gordini une liste de pilotes déjà confirmés et donc non admis est établie. On y trouve entre autres : Ballot Léna, Chasseuil, Greder, Hanrioud, Jaussaud, Larousse, Ligier, Neyret, Nicola père et fils, Pescarolo, Piot, Rosinsky, Schlesser, Servoz Gavin, Vinatier.
De plus pour protéger les participants les moins fortunés qui ne pourront participer qu'à quelques épreuves le nombre de résultats par coefficient sera limité. ( en moyenne de 3 à 6 selon que la licence du pilote soit nationale ou internationale)
Il y aura un classement par ligue régionale qui sélectionnera les meilleurs pour une finale sur le circuit Bugatti du Mans et un classement général toutes ligues confondues pour primer la régularité. Il y aura ainsi 2 titres en jeu.
La voiture sera la R1134 pour cette saison 1966. Port du casque obligatoire, ceinture de sécurité recommandée … ( Article 10 de l'annexe 4 ... si si , c'est vrai )

Rallye de Monte Carlo. Bis repetita ...

Pendant que s’échafaude la Coupe Gordini, la saison commence par le traditionnel Monte Carl’. Comme souvent le règlement fait débat. Si les organisateurs ont édulcoré le parcours de concentration en difficultés majeurs (3000 km quand même ! ) afin de préserver les amateurs, ils ont par ailleurs appliqué des coefficients de performance propre à décourager les plus motivés. Les voitures Grand Tourisme et surtout celles du groupe 2 se voient imposer des performances de 18% supérieures au groupe 1 sous peine de pénalités !


Malgré cela la Régie veut effacer le fiasco de la précédente édition. Les confirmés Vinatier et Janson sont épaulés par un “p’tit jeune qui nenveu” Jean-François Piot. Ce dernier réalise de bons temps en Chartreuse avant de disparaître sur sortie de route dans le parcours commun. Aux portes de la dernière nuit, Janson est 6ème au scratch mais en tenant compte du fameux coefficient il n’est réellement que 34ème et Vinatier encore plus loin.
Las, la nuit du Turini sera fatale : blocage de boîte pour Vinatier et sortie de route pour Janson. C’est encore la Berezina.

La course est remporté par Toïvonen sur DS 21, après le déclassement des 3 Cooper S de tête en raison d’un système d’éclairage légèrement différent de celui équipant la voiture de série. Une décision sans appel a rangé au panthéon des sanctions iniques.


Et la cousine de Dieppe, comment va-t-elle ?...

- Bien, merci.
Elle va même de mieux en mieux : victoires au Neige et Glace et surtout au Lyon-Charbo avec Jean-Pierre Hanrioud sur Alpine A110 1300 ( précisément le 1108 cm3 Gordini préparé par Mignotet et réalésé pour atteindre les fameux 1296 cm3 ).

Pendant ce temps la Régie se bat avec sa R1134 et la vaillance de jeunes pilotes en devenir. Vinatier passé temporairement chez Alpine, J.F. Piot prend la tête de l’équipe et confirme les talents entrevus au Monte Carl’ en remportant la victoire dans le Groupe 2 et la 3ème place du général au Lyon-Charbo. Un certain Jean-Claude Andruet pointe également le bout de son nez avec une 8ème place au scratch.














Les victoires de groupe ou au général dans quelques rallyes secondaires ne font que rendre la sortie de la R8 Gordini R1135 de plus en plus urgente. La concurrence des Fiat Abarth 1000 et autres NSU TT commence à tailler de sévères croupières dans la martingale de la R1134.



La Coupe Gordini. C'est parti !

Au lendemain du Rallye du Limousin le 27 Mars deux pilotes se dégagent de la masse. Lagier dans la ligue de l’ouest qui comptabilise 295 points et Andruet de l’Ile de France qui en compte 245. Le troisième toutes ligues confondues n’en compte que 100.
Mais les choses sérieuses vont commencer le 16 Avril avec la 1ère épreuve à coefficient 30 sur le circuit de Pau.


A cette occasion de nouveaux pilotes, qui ont spécialement préparé leur voiture pour les courses sur circuit, vont venir occuper le haut de la feuille de classement : 1er Mieusset, 2ème Jabouille, 3ème Landereau.

Le jour du muguet à Magny-Cours c’est un certain Dayan qui remporte la 1ère série alors que Lagier s’adjuge la 2ème.

Le 15 Mai au Grand Prix de Paris à Monthléry on retrouve sur le podium : 1er Dayan ( encore là celui là …) , 2ème Jabouille ( Appelons le Poupou ) et 3ème Mieusset.


Après seulement 3 courses en circuit la hiérarchie est bouleversée. A part Lagier qui est tout terrain, ce sont les pistards qui prennent le pouvoir : 1er ex æquo Dayan et Jabouille 600 pts, 3ème Lagier 535 pts, 4ème Mieusset 480 pts, 5ème Morisseau 430 pts. Andruet est resté englué à 275 pts.
Des vainqueurs différents, de la bagarre à tous les étages, le pari est d’ores et déjà gagné.

R8 Gordini R1135. Enfin la voilà !

Les gordinistes en rêvaient. Renault l’a fait !
En ce beau mois de Juillet la Régie sort la R8 Gordini R1135.
Grande sœur de la R1134, elle ne s’en distingue extérieurement que par la calandre 4 phares, des jantes un peu plus larges et il faut regarder sous la jupe ..??.. pour découvrir des ouïes d’aération devant les roues avant.
En fait c'est sous les capots qu'il faut regarder.

A l’avant on découvre un réservoir de carburant supplémentaire de 26 litres tandis qu’à l’arrière des carbus Weber ont pris la place des Solex.
Et c’est dans les entrailles que réside le meilleur : une cylindrée portée à 1255 cm3 qui permet d’atteindre les 110 ch SAE à 6750 tr/mn, le tout accouplé à une boîte 5 vitesses. Les trains roulants et le freinage restent inchangés.

Mais toutes les performances sont à la hausse et c’est bien là l’essentiel pour les pilotes toujours en mal de puissance. Finalement le freinage on s’en fout, ça fait perdre du temps, hein ?...
La concurrence peut renuméroter ses abatis : The Gordini is back in the race !!!

Coupe Gordini : premier drame et premier scandale

Une course automobile, aussi anodine soit elle, est une activité à haut risque où tout peut arriver, même le pire. La Coupe R8 Gordini n’échappe pas à ce poncif.
Le 2 Juillet sur le circuit de Gueux, Daniel Belot se tue aux essais de l’épreuve de Reims.



Les épreuves se succèdent à un rythme de plus en plus soutenu : 5 juin La Châtre, 26 Juin Charade, 3 Juillet Reims et 10 Juillet Rouen. C’est d’ailleurs lors de cette dernière course que furent enregistrés le plus grand nombre de forfaits : beaucoup n’ont pu suivre ces cadences infernales.
On prend les mêmes et on recommence : Dayan remporte la 1ère série à La Châtre pendant que Jabouille amortit son forfait 2ème place dans la 2ème série.
Fin juin c’est Andruet qui reprend la main et enchaîne 2 victoires à Charade et Reims, cette dernière concluant une bagarre de toute beauté avec Dayan qu’il passe à l’aspiration dans la dernière ligne droite.
A Rouen, Andruet et Dayan sont encore aux avant-postes mais c’est un 3ème larron, Ficot, qui remporte la mise.
Mais à l’issue de la course les organisateurs décident de vérifier la conformité des voitures des 4 premiers : Ficot, Dayan, Andruet et Thérier . Tout ce petit monde se retrouve à la succursale Renault de Rouen pour une partie de mécanique.
Aucun souci pour Dayan et Thérier, par contre il ne faut pas longtemps pour découvrir la tricherie d’Andruet et Ficot. Pour Andruet trois motifs de non conformité sont identifiés : hauteur de culasse inférieure à 72,5 mm, polissage des conduits d’admission et d’échappement et poussoirs de tiges de culbuteurs chanfreinés. Les connaisseurs apprécieront. Pour Ficot, « il n’y avait que » polissage des conduits. Andruet et Ficot sont immédiatement disqualifiés et le nouveau classement devient : 1er Dayan, 2ème Thérier, 3ème Mieusset.
La sanction ne s’arrête pas là car Andruet et Ficot sont purement et simplement radiés de la Coupe Gordini selon le règlement en vigueur. Pas de mansuétude, pas de passe-droit même pour un pilote comme Andruet déjà pilote d’usine intérimaire Renault. La crédibilité de la compétition et de leurs organisateurs doit être préservée; elle l’a été.
Au classement général, toutes ligues confondues, Dayan domine nettement avec 1330 pts. Puis viennent Lagier 865 pts, Jabouille 680 pts, Mieusset 660 pts et Morisseau 610 pts.
La finale est en vue pour ces pilotes.

La Régie met les bouchées doubles

Dès le début Juillet avec les bonnes vieilles R1134 Renault se déplace en force aux 24 Heures de Spa-Francorchamps avec 4 équipages et y remporte la Coupe du Roi. Ca vous le savez déjà.

Mais avec l’arrivée du modèle R1135 le service course de Renault dispose d’une nouvelle arme bien plus redoutable. Sous l’impulsion de Jacques Féret, elle ne va pas tarder à être mise en ordre de marche sur tous les fronts importants.
La Coupe des Alpes, déplacée de Juillet à Septembre, est un de ces rendez-vous qui compte. Véritable juge de paix égal du Monte Carl’, les concurrents se voient proposer 3900 km de Marseille à Cannes en passant par Aix les Bains avec 1350 km de secteurs sélectifs et 11 courses de côte. Excusez du peu ….
La Régie met le paquet avec 8 voitures au départ (1100, 1300 et même 1440 cm3 à caisse alu). Les pilotes : Vinatier, Andruet, Jansson, Toivonen, Nicolas, Mieusset, Orsini et Piot. L’assistance est également pléthorique : Estafette, R16 et R8 Gordini pour 50 points d’assistance. Féret a vu les choses en grand, mais ce n’est pas superflu compte tenu de la concurrence. Tous les gros sont là : Ford, BMC, Porsche, Alfa, Alpine, Saab, Lancia et Citroën.
Comme souvent la course se fait par élimination : 81 partants, 22 arrivés, 19 classés. Les vainqueurs sont Rolland-Augias sur Alfa-Roméo. Chez Renault la perf’ est encore réalisée par Piot-Jacob sur le proto 1440 qui terminent 4ème et remportent la coupe dans la catégorie proto. La seule autre R8 Gordini à l’arrivée est celle de Nicolas-Roure, classée 8ème. Pour les autres on peut citer dans l'ordre : Orsini qui ne quitte pas le parc fermé de Marseille, Toivonen au fossé, Vinatier sur le toit, Jansson en court-circuit, direction rompue pour Mieusset et transmission cassée pour Andruet. Le lot habituel de tracasseries en rallye ...


Une des premières victoires de la R1135 passe presque inaperçu car hors de France, c’est celle du toujours excellent corse Orsini qui s’impose au Rallye de Sardaigne.
La R1135 confirme les attentes mises en elle. Il manque encore la victoire de référence pour conclure en beauté cette saison 1966.

La finale de la Coupe Nationale R8 Gordini

La fin de saison approche et les dernières épreuves de Monthléry (11 Septembre) du Mans (17 Septembre) et d'Albi (25 Septembre) confirme la hiérarchie en présence.

Le grand vainqueur du "Premier pas Dunlop Automobile" récompensant le premier du classement général sur l'année est Denis Dayan avec 1770 pts. Il devance nettement Lagier (1285 pts), Mieusset (1260 pts), Jabouille (950) et Morisseau (820 pts).
Mais la finale se profile et elle aura lieu comme prévue le 2 Octobre au Mans. Son format est très exigeant par rapport aux autres épreuves : 2 séries de 160 km imposant au total 3 heures de course à plein régime.

La 1ère série se déroule sous une pluie digne des 24 Heures. Mieusset et Lagier se tire la bourre et finissent dans cet ordre suivit à distance par Dayan, Thérier et Marchesi.
La 2ème série semble confirmer la 1ère jusqu'au moment où les mécaniques mises à rude épreuve rendirent l'âme pour certains. Lagier recordman du tour voit son moteur expiré dans un panache de fumée alors qu'il mène. Dayan à l'assaut de Mieusset multiplie les tout-droits (4 au total ).Malgré tout il récupère la 3ème place promise à un tour de l'arrivée à Marchesi mais sa boîte éclate !

Mieusset est le grand vainqueur de cette finale avec un succès dans chaque série. C'est lui qui a su le mieux répondre au défi de l'endurance sur ces 3 heures de course tout en contenant la fougue de Lagier et en profitant de la nervosité de Dayan.
C'est Amédée Gordini en personne qui remet les coupes aux vainqueurs Dayan et Mieusset mais aussi et surtout les clés de deux R8 Gordini R1135 flambantes neuves.
Veinards !!!...

Tour de Corse. Attention, chasse gardée !

En ce début Novembre il ne reste que deux levées majeures à courir : le tour de Corse et le Critérium des Cévennes. Le temps presse pour la R1135 de concrétiser par une victoire significative les espoirs mis en elle.
Mais lentement mais sûrement le vent tourne au niveau des choix de la Régie et si elle présente 7 voitures au départ, il n'y a que 2 R8 Gordini confiées à Piot et Jansson pour 5 Alpine pilotées par les valeurs sûres que sont Vinatier, Orsini, Santonnaci, Delageneste et Mauro Bianchi.
Au niveau de la concurrence, hormis BMC et Ford plutôt concernés par le RAC toutes les grosses écuries sont là. De plus le règlement se simplifie et l'on se rapproche du classement scratch dans sa plus pure expression. Pas de coefficient ni d'indice. 60 km/h de moyenne à respecter sur les secteurs de liaison, 70 km/h sur les secteurs chronométrés quelque soit la voiture et pénalités si l'on ne va pas assez vite d'un contrôle horaire à l'autre mais également si l'on y va trop vite. Et oui, c'est ça le rallye, il faut savoir ne pas aller trop vite ... Simple comme bonjour, donc.
Autant dire que la tâche s'annonce difficile voire même impossible pour Piot et Jansson. Et pourtant, et pourtant ...
80 voitures prennent le départ de la 1ère étape Bastia-Ajaccio. Dès le premier tronçon seules 20 équipages n'ont pas écopé de pénalités. Puis l'hécatombe commence en descendant du Cap Corse : abandons de Delageneste (canalisation d'essence bouchée à cause d'un décanteur défaillant !...) et des frères Santonnaci (transmission cassée); 2 Alpine KO !
Les choses sérieuses ne font pourtant que commencer avec l'épreuve chronométrée du Col de Vergio. Cella sur Lancia est le plus rapide. Une autre Alpine abandonne celle de Vinatier : longues portées et iodes cassés par un maladroit + essuie glaces HS + pluie = sortie de route. CQFD.
Au départ du second tronçon chronométré c'est l'Alpine de Mauro Bianchi qui expire joint filtre à huile claqué et enfin la R8 Gordini de Jansson qui s'arrête, pression d'huile à zéro ...
Sous une pluie battante 57 équipages rallient Ajaccio terme de la 1ère étape avec en tête Orsini, Piot et Rolland (Alfa GTA).
2ème étape et plus que 45 équipages après le dépouillement des carnets de routes et application des délais de mise hors course ( 1h30 de pénalités ). La dernière Alpine officielle se retire : transmission cassée. A mi-course il n'y a plus qu'une Renault officielle, la R8 Gordini de Piot-Jacob !
La fin du rallye se résume en une intense bagarre entre J.F. Piot et Alain Rolland. Un câble de démarreur qui réclamait son autonomie vient causer une dernière petite frayeur à J.F. Piot à quelques encablures de l'arrivée. Mais le succès est enfin là; net et sans bavure. Piot-Jacob et leur R8 Gordini ont été sans conteste les plus rapides et devancent Rolland (Alfa GTA), Elford (Porsche 911), Consten (Alfa GTA), Greder (Ford Cortina Lotus), Guichet (Alfa GTA) et Verrier (DS 21).

Une victoire à la régulière devant de telles voitures aux mains de pilotes chevronnés mérite vraiment un grand coup de CHAPIOT !...

Vivement l’année prochaine

1966 est un grand cru pour la R8 Gordini.

Dire que la Coupe Gordini a été une grande réussite, c'est un euphémisme. La Coupe 67 est déjà en préparation : adoption bien sûr de la R1135 comme monte officielle et épreuves exclusivement sur circuit.

Le modèle R1135 a acquis ses lettres de noblesses et devient la référence comme voiture de sport populaire.

Seule ombre au tableau, la carrière de haut niveau en rallye semble bouchée. Exceptées quelques niches tel que le Tour de Corse, la concurrence des Alpine en interne devient féroce et les duels tournent souvent à leur avantage. Les saisons suivantes ne feront que confirmer cette inéluctable domination.

Mais vous le savez sans doute et nous le redécouvrirons ensemble, cette R8 Gordini aux mains d'habiles amateurs ou de professionnels sur le retour n'a pas fini d'en étonner plus d'un.

Les victoires se ramasseront à la pelle !!! - Tu vois je n'ai pas oublié, en ce temps là la vie était plus belle ... Yves Montand sort de ce corps !!!

Textes : Guy PAWLAK - Sources : L'Automobile Magazine, Sport Auto, Moteurs - nostalguy@r8gordini.com


Re: Théorème de Pythagorde: R1134+1=R1135
par Jukka Suvisalmi (jukka.suvisalmi@kolumbus.fi) le Mercredi, 16 juillet 2008 à 22:12

SUPERB Guy!! Fantastic work mate!! FANTASTIC!!!!
Is it possible to translate these story for English??? I like to have your FANTASTIC story in my site for English readers too......www.g-forum.net
I knew it is a big work but some of these stories??
I salute you GUY.


Re: Théorème de Pythagorde: R1134+1=R1135
par patrick (patrikbis@aol.com) le Mercredi, 16 juillet 2008 à 23:12

Salut Guy

Ta démonstration GORDINI est formelle...On ne peut qu'y adhérer !
Quizs et Histoires sont passionnants, MERCI.

Bonnes vacances à tous
Amicalement
Patrick "bis"


Re: Théorème de Pythagorde: R1134+1=R1135
par rougemont pierre yves (pierreyves.rougemont@mpsa.com) le Mardi, 22 juillet 2008 à 12:24

Merci pour cet historique passionnant et delicieux.
La course auto à bien changé.

Ps: pour la saison 67, je ne sais pas si cela est important dans l'histoire de la R8G, dont je ne suis pas specialiste mais j'ose vous rappeller que Guy Frequelin gagne la ronde du Jura en decembre 67.
"C'est cette victoire sur neige avec ma R8 G", m'a-t-il dit, qui le decide à s'investir dans cette voie.


Re: Théorème de Pythagorde: R1134+1=R1135
par NostalGuy (nostalguy@r8gordini.com) le Samedi, 02 août 2008 à 13:35

Bonjour à tous,

La saison 67 sera le prochain épisode de la saga de la R8G en compétition.
Et nous aurons sans doute l'occasion de parler de Fréquelin et de bien d'autres.
Merci, Pierre Yves pour cette anticipation.

Sportivement.

NostalGuy

Ajouter un commentaire