R8S
Photo
Videos
Recensement
Sondages

Actuellement
11 visiteur(s) en ligne
  Accueil    Reportages    Histoire    Infos    YoungTimers    Docs    Humeurs    Forum    Trophee Gordini    Contact

Une certaine légende de

La Course Automobile des 50'ies aux 70'ies
 3  NAISSANCE DU MYTHE R1134 Histoire
Posté le 2008-05-25 00:32:08 par Guy


Amédée sévissait chez Renault depuis 1957 et rongeait son frein avec la Dauphine.

L'arrivée sur le marché de la R8 conjuguée à l'ambition mécanique d'Amédée donnèrent quelques années plus tard naissance à LA voiture que tout le monde attendait : une populaire à vocation sportive, destinée à une large clientèle avide d'émotions fortes à bon marché.


La R8 Gordini telle qu'elle est apparue au Salon de l'Auto de Paris en 1964




Présentation par la presse de la R8 Gordini R1134

Il y avait donc la Dauphine 1093 mais également la 4 CV 1063.

La tradition sportive de Renault était en cours "d' homologation". Le partenariat (encore amical) avec Alpine apportait sa pierre à l'édifice. L'arrivée de la R8 Gordini allait résolument affirmer l'image sportive de Renault.

C'est donc sur les bases du modèle de série, la R8 Major, que naquit le mythe : Amédée développa le moteur 1100 cc d'origine pendant que le Bureau d'Etudes associé au service compétition travaillèrent sur le freinage et la suspension.
Et voici le résultat ...

R8 Gordini - Fille de Pub

Il n'y a pas de bon produit sans une bonne pub.

C'est donc Amédée, délaissant pour une fois sa clope, qui a joué la pin-up et pris la pause avec son bébé.


Après "Fier comme Artaban", on peut aussi dire "Fier comme Amédée

Bon, il est sympa Amédée, mais une belle voiture avec une belle fille, c'est bien aussi ...


Une idée de cadeau pour la fête des Pères ou plutôt pour Noël ?
Qui a dit : "Je préfère le petit chaperon rouge" ?...

Le baptême du feu de la R8 Gordini

De l'intention à l'action, il n'y a qu'un rubicon qui fut vite franchi.
Rien de tel qu'un bon Tour de Corse pour tester la bête. Et bien ce fut : Veni, Vidi, Vici !
Sous l'impulsion de François Landon futur ex responsable du service course de Renault, rien de fut laissé au hasard. Il n'était pas question de se contenter d'une sorte de parade publicitaire post Salon de l'Auto. L'objectif était de bien figurer et pourquoi pas de gagner.
Pas moins de 6 voitures furent préparées et confiées à des équipages chevronnés : Vinatier-Masson, Feret-Hoffman (1er en 58 ), Consten-Leguezec (3ème en 62), Melot-Pinelli, les frères Santonacci (2ème en 62), Guichet-Clément.
Cette équipe de choc aurait dû être encore plus forte avec la présence de l'équipage double vainqueur 59-62 composé des régionaux de l'étape Orsini-Canonici.


Partiellement remis de blessures contractées au Mans, Orsini s'était vu signifier un refus médical pour participer à son épreuve de prédilection. Landon s'étant rangé à l'avis des toubibs, Orsini partit chez la cousine Alpine récupérer le volant d'une A110 1150cc.

Outre la concurrence familiale il y avait au départ, des Porsche, Cooper, Alfa et autres Ford et des concurrents tel que Greder, Delageneste ( vainqueur 57) ou Rolland qui allait devenir champion de France des rallies à la fin de l'année, en remportant le Critérium des Cévennes. Que du beau monde !


Et que dire du parcours : 1300 km dont 9 secteurs chronométrés, des virages en pagaille ( 20000 selon les organisateurs, 10000 selon la police ), du vent, des cochons sauvages, de la pluie, des sangliers, de la boue, des châtaignes, du brouillard, des cochons !? "M.... je suis arrivé dans une ferme ou quoi ?!!!"
Le tout en moins de 2 tours d'horloge.
Mou du genou et chauffeur de trouillomètre s'abstenir !!!

Bilan de la course : 79 partants - 8 voitures à l'arrivée. Sans commentaire.
D'ailleurs je n'en ferai pas ...
- "Hein ! Quoi ! Qui a gagné ?"
- "Ah, oui. Pardon"
L'équipage vainqueur fut Vinatier-Masson. 4 R8 Gordini se classèrent dans les 5 premiers !!!
Un triomphe !
Mais je vais quand même faire un commentaire qui concerne le règlement en vigueur à cette époque.
Le classement s'établissait en fonction d'un nombre de points comptabilisés lors des épreuves chronométrées et des contrôles horaires effectués sur les secteurs de liaison. Le vainqueur était celui qui comptabilisait le moins de point, puisqu'en fait leur attribution était synonyme de pénalité. Le barême tenait compte du temps horaire bien sûr mais il était pondéré en fonction de la catégorie et la cylindrée de la voiture et définissait ainsi des handicaps. Autant dire une usine à gaz, génératrice de bizarrerie. Le résultat de ce Tour de Corse en est l'exemple flagrant.
Si l'on effectue un classement au scratch tel qu'aujourd'hui, le vainqueur aurait été Rolland-Auglas en 21h58'37'' suivi de Vinatier-Masson en 21h59'36''.
Mais ceci ne retire en rien le mérite de Vinatier qui avec un moteur de 1108cc n'a terminé qu'à 59'' de l'Alfa Tubolare 1600cc !
Le règlement étant ce qu'il était, la victoire fut indiscutable et indiscutée.
Avec des voitures et des pilotes de plus en plus efficaces et surtout une implication grandissante des constructeurs à des fins commerciales, l'adoption du classement au scratch horaire allait bientôt s'imposé. Le plus rapide doit être le vainqueur, "point-barre".
Et maintenant cap sur la saison 1965.

Saison 65 - R8 Gordini entre ombres et lumières

Le plus dur commence : confirmer les débuts tonitruands du Tour de Corse 64
La première difficulté concerne l'homologation qui traine en longueur. Faute du précieux certificat les R8 Gordini se présente au Rallye de Monte-Carlo en catégorie GT avec le même handicap qu'une Mustang !
Derrière le cerceau furent convoqués Vinatier, Feret, Jean François Piot, Jean Guichet, Gérard Larousse et LeGuezec. Il était même question que Jean-Paul Belmondo soit coéquipier de ce dernier.
People quand tu nous tiens ... Et oui déjà ...

La course fut terrible, avec une neige omniprésente. Timo Makkinen l'emporta avec sa Cooper 1300 S et ce fut la bérézina pour l'équipe Renault : aucune voiture à l'arrivée. A oublier ...

L'homologation tant attendue arrive enfin : catégorie Tourisme 1100-1300cc.
Les R8G Gordini se refont la cerise aux 4 coins de la France aux mains d'amateurs qui se sont déjà emparés du mythe.
La Coupe Gordini n'existe pas encore mais on voit courir des R8 Gordini dans toutes les épreuves, qu'elles soient sur circuit ou sur route. Les victoires de classe et même au scratch ne se comptent déjà plus.
Mais, il n'y a que les succès dans les grands rallies qui forgent les réputations.

Ce grand succès, il ne faudra finalement pas attendre très longtemps après la débacle du Monte Carl' pour le décrocher.
11 Mars Stuttgart.
Départ du Rallye Lyon Charbonnières.
Rallye à l'organisation franco-allemande, le Lyon-Charbo débutait donc de Stuttgart par une épreuve sur le circuit de Solitude, pour se finir 2000 km et 9 spéciales plus loin, non sans être passé par Turckheim, Charbonnières, les Cévennes et la Chartreuse, le tout en moins de 37 heures !!! Les fatigués de naissance n'étaient pas invités ...
C'est de nouveau Jean Vinatier associé cette fois ci à Hoffman qui remporta la mise.
La course s'est jouée dans une étape de liaison au fin fond de la Lozère entre Genholac et Villefort .
La veille de fortes chutes de neige avaient bloqué la route. L'organisation fit passer le chasse-neige dans la nuit. Initiative suffisante pour les premiers concurrents, mais un vent violent se leva et reforma des congères, obstacle infranchissable pour la moitié des concurrents restants, dont plusieurs favoris.
Ils restaient néanmoins 5 spéciales et près de 500km que Vinatier-Hoffman parcoururent avec brio, pour s'adjuger la victoire.


Certaines courses préfigurent l'avenir de la R8 Gordini, comme le Grand Prix de Paris à Monthléry qui organise 2 manches pour les tourismes françaises de 50 à 1150cc.
Les R8 Gordini s'y taillent la part du lion et leurs empoignades ravissent le public. La photo montre Chasseuil et Pescarolo en pleine bagarre. Là, vous vous dites :
- "Ils nous racontent ce qu'il veut ...".
- "Mais si, regardez bien, on voit la barbe dépassée ..."



La saison 65 se termine en apothéose au ... Tour de Corse bien sûr !

Le rendez-vous manqué entre Orsini et la R8 Gordini en 64, pour les raisons que vous savez, aura bien lieu cette année là. Cette association de valeur sera bien nécessaire pour contrer les Rolland, Schlesser, Bianchi, Ligier, Maublanc respectivement sur Alfa 1600 GT, Abarth 2000 sport, Alpine 1150, Porsche GTS 2000 et Cooper 1300

La responsabilité de cette nouvelle campagne de Corse est confiée à Jacques Ferret. Fort de l'expérience passée, la préparation sera encore plus poussée.


Orsini et Jansson disposaient de R8 Gordini à caisse très allégée grâce à l'emploi d'alliage léger pour les portes et capots ainsi que du plexiglas pour les vitres. Amaigrie à 670 Kg et propulsée par un 1300 cc développant 120 ch à 7500 trs/mn accouplé à une boîte à 5 rapports, la R8 Gordini s'approchait de l'avion de chasse ... Bon j'exagère, mais ça devait quand même envoyer !!! Bernard Consten utilisait une R8 Gordini avec un 1160 cc double ACT et une boîte 5 . Vinatier, Piot et Santonacci disposaient du 1108 cc "classique" préparé à 105 ch pour 7200 trs/mn.
Au total, 6 R8 Gordini associées à 3 Alpine officielles qui allaient faire assistance commune.


L'armada Renault ne fut jamais inquiétée. Orsini domina les débats, seul son partenaie d'équipe le suédois Jansson se montra à la hauteur, mais sa fougue l'envoya dans le décor.

Le bilan est indiscutable :
1er Orsini - R8 Gordini
2ème Bianchi - Alpine
3ème Vinatier - R8 Gordini
4ème De Lageneste - Alpine
5ème Santonacci - R8 Gordini

Grand chelem pour Renault !






Et voilà pour la première année en compétition de la R8 Gordini, cette voiture bien née.
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a tenu toutes les promesses entrevues à l'automne 1964.
Des esprits lumineux ont déjà imaginé la Coupe Gordini qui va prendre vie en 1966.
Mais ça, c'est une autre histoire que je vous raconterai plus tard, parce que là je vais me coucher ...

Textes : Guy PAWLAK - Sources : L'Automobile Magazine, Sport Auto - nostalguy@r8gordini.com


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Gordi59 (daniel.faidherbe@wanadoo.fr) le Dimanche, 25 mai 2008 à 10:12

Salut Guy, notre sympathique rédacteur nocturne !!!

C'est avec un grand plaisir que je découvre ce matin la suite de ton 2e volet consacré à la saga Gordini

Superbe récit que tu nous fais là, à lire sans modération !

Des photos inédites !
Dont celle de cette 1134 immatriculée 59 virant devant la DS et la Mini Cooper
Je peux t'affirmer qu'elle a été prise aux "Routes du Nord" sur la piste de Merville qui servait en l'occurence d'épreuve sur circuit et me souviens être allé voir plusieurs éditions dans le froid (février)
Hé oui en 65, il n'y avait pas encore de circuit auto digne de ce nom din ch' Nord
En effet il aura fallu attendre 1973 pour voir naître celui de Croix en Ternois
Par contre, je me pose la question quel nordiste conduisait cette Gorde !
J'ai bien une petite idée mais je ne suis pas sûr
S'il y a des Ch'tis férus de courses autos qui connaissent la réponse, qu'ils n'hésitent pas !

J'attend comme beaucoup de nos amis fidèles du forum la suite de cette belle histoire !

Continues sur ta lancée Guy, mais prend le temps d'aller dormir quand même !!! hi hi hi
Merci encore

Bien amicalement
Daniel






Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par patrick (patrikboisliveau@aol.com) le Dimanche, 25 mai 2008 à 10:16

Salut Guy

Merci pour ce 3ème chapitre savoureux...

Tu nous avais promis que ça allait partir dans tous les sens !
Dérapage parfaitement contrôlé avec "Saint Alpine de A 110", on en redemande

Amicalement
Patrick "bis"


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par christian P (gordini645@free.fr) le Dimanche, 25 mai 2008 à 12:10

toujours aussi sympa et interessant tes reportages .....
ENCORE , ENCORE !!!!!


CH


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par REINOS (REINOS@AOL.COM) le Dimanche, 25 mai 2008 à 16:38

Toujours aussi agréable de revoir les photos de cette brave 1100 G...Merci à l'auteur!


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par THIERRY (chupin@aquilonb.cea.fr) le Lundi, 26 mai 2008 à 09:10


Bonjour à tous.

Excellent reportage.

Félicitations.

Amicalement T.C


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Jukka Suvisalmi (jukka.suvisalmi@kolumbus.fi) le Lundi, 26 mai 2008 à 10:43

FANTASTIC story!! Thanks very much!!
One 1134 owner, Jukka.



Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Orhant (jeanlouis.orhant@live.fr) le Mardi, 27 mai 2008 à 19:02

VRAIMENT SUPER, BRAVO DE NOUS FAIRE REVIVRE LES MOMENTS FORTS : LA NAISSANCE D'UNE VOITURE LEGENDAIRE

AMICALEMENT

Jean louis


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Guy (g.pawlak@aliceadsl.fr) le Mardi, 27 mai 2008 à 23:29

Merci pour vos compliments et encouragements !
Thank you for your congratulations Jukka !

Réponse à Daniel.
Je sais qui est dans la voiture immatriculée 59 ...
Ceci dit, je n'ai pas de mal puisque j'ai la légende de la photo sous les yeux.
Alors ?...Vous donnez votre langue au chat ...


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Gordi59 (daniel.faidherbe@wanadoo.fr) le Mercredi, 28 mai 2008 à 10:30

Salut Guy
Je pense à Guy Maton ?
Ne serait ce pas ça ?
A+
Daniel


Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Gordi59 (daniel.faidherbe@wanadoo.fr) le Mercredi, 28 mai 2008 à 12:06

Non Guy,
Grossière erreur de ma part ! Je me suis planté ...
J'ai donc droit à une 2e réponse: il s'agit de Robert Dutoit bien sûr !
l'année suivante (66) il était sur une Jaguar 3,8 et en 67 sur une Porsche 904 GTS (l'auto de mes rêves) comme quoi la Gorde mène à tout !

Amicalement
Daniel



Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Guy (g.pawlak@aliceadsl.fr) le Mercredi, 28 mai 2008 à 15:14

Bonne réponse, mais t'as eu chaud Daniel !

Effectivement il s'agit bien de Robert Dutoit qui associé à Morel termina 4ème de sa catégorie.

Peut être une bonne idée le jeu de la devinette :
qui se cache dans l'auto ?...

A+

Guy



Re: - 3 -
NAISSANCE DU MYTHE R1134

par Gordi59 (daniel.faidherbe@wanadoo.fr) le Samedi, 31 mai 2008 à 08:00

Oui Guy,
Pour les devinettes ce serait sympa !
Qui est ce qui commence donc ?

Bon week-end et @+

Daniel

Ajouter un commentaire