R8S
Photo
Videos
Recensement
Sondages

Actuellement
10 visiteur(s) en ligne
  Accueil    Reportages    Histoire    Infos    YoungTimers    Docs    Humeurs    Forum    Trophee Gordini    Contact

Une certaine légende de

La Course Automobile des 50'ies aux 70'ies
 17  -=- ALLEZ FILE AU PADDOCK !!! -=- Histoire
Posté le 2010-01-01 18:07:41 par Guy


  Ainsi parlait mon père quand j’étais petit et que l’heure d'aller se coucher avait sonné. Je m’exécutais en trainant les pieds; on ne discutait pas les ordres du pater à cette époque.


  Plus tard, quand vint le temps de l’indépendance et de la passion pour les sports mécaniques, "allez au paddock" devint tout à coup un acte très intéressant. Il n’était plus question d'y aller à reculons mais bien d’y courir au paddock !!!
  Prêt pour la visite ? Alors cliquez sur suite ...




  De la formule de promotion à la F1 il en existe de toutes sortes. Mais depuis quelques années l’engouement pour la voiture ancienne en a fait renaître d’autres : ceux où la tôle et le carburateur reprennent leurs droits sur le carbone et l’électronique.

  L’un des plus beaux que l’on puisse voir sur le sol français (où presque) est sans conteste le paddock du Grand Prix Historique de Monaco.

  Tous les deux ans et en préambule du Grand Prix F1 il regroupe les monoplaces ayant courues le Grand Prix de Monaco depuis sa création en 1929 et jusqu’en 1977.

  A ces voitures, s’ajoutent également un plateau de voitures de sport qui ont couru une seule année sur le circuit monégasque en 1952.


  L’attrait principal de cette manifestation est de « voir en vrai » des voitures que l’on ne connait qu’à travers des photos noir et blanc ou sepia. Certaines comme les Bugatti sont dûment immatriculées et peuvent emprunter nos nationales, mais pour tomber dessus il faut se lever de bonne heure.

  Toutes les générations de monoplaces sont représentées par des marques qui nous renvoient, jeunes et moins jeunes à nos souvenirs d’enfance : Bugatti, Delage, Alfa-Romeo, ERA, MG, Talbot-Lago, Maserati, Gordini, Ferrari, Jaguar, BRM, Connaught, Brabham, Lotus, Cooper Climax, Matra, Surtess, Tyrell, Lola etc …


  L’ensemble des bolides est organisé en 6 plateaux prenant en compte l’âge et la conception technique : monoplaces construites avant 1947, monoplaces à moteur avant de 1947 à 1960, voitures de sport construites avant 1953, monoplaces juniors à moteur avant de 1958 à 1960, monoplaces à moteur arrière de 1954 à 1965 et enfin monoplaces de 1966 à 1976.


  Le week end est rythmé à raison de deux séances d’essais de 20 minutes et une course de 10 tours pour chaque plateau.
  Et oui, ces voitures courent encore et toujours, et je peux vous dire que pour certains pilotes la motivation et l’engagement sont au rendez-vous. Une victoire à Monaco reste prestigieuse même en version historique. On peut estimer que dans un plateau, la moitié des concurrents courent pour le plaisir de tourner sur un circuit mythique, un quart pour le plaisir de conduite vite et un quart pour la gagne. Dans cette dernière catégorie les pilotes ne ménagent pas la mécanique : freinages à la limite, contrebraquages, glissades des 4 roues, pneus fumants à la réaccélération, tout y est . Quand on constate que la plupart n’ont ni ceinture ni harnais, quand on connaît le circuit de Monaco avec ses rails de sécurité qui ne pardonnent aucun écart de trajectoire, on ne peut être qu’admiratif face à cette prise de risques qui n’est pas moindre que dans la F1 actuelle. Dans leur cas il n’y a pas de cellule de survie !


  Il est difficile de comparer les performances des voitures à travers les époques. Le circuit a énormément changé : la chicane du Port et les esses de la piscine n’existaient pas et la portion Rascasse-Virage Andre Nogues a remplacé l’épingle des gazomètres. Tous ces modifications ont rallongé le circuit et contribué à casser la vitesse des voitures.


  En 1930 le record du tour était de 2 mn 07, établit par René Dreyfus sur une Bugatti 35B. En 2000 le britannique Julian Majzub sur le même modèle a établi un record du tour à 2 mn 12 ! En 1957 Juan Manuel Fangio établi un record du tour à 1 mn 45 sur une Maserati 250 F. Toujours en 2000 le britannique Nigel Corner également sur Maserati 250 F tourna en 1 mn 59. Compte tenu des évolutions du circuit et même si les pneumatiques sont plus efficaces de nos jours, on peut apprécier la performance des pilotes et considérer que les voitures sont vraiment conduites à leur limite.


  La majorité des propriétaires conduisent eux mêmes leur voiture. Mais certains n’hésitent pas à installer dans le baquet de leur belle, des pilotes renommés tels que Stirling Moss ou Phil Hill, qui malgré le poids des ans ont gardé un sacré coup de volant.


  Traverser un tel paddock est un régal pour tous les sens. On passe d’une voiture à l’autre avec un plaisir qui va crescendo au fur et à mesure de la découverte de la diversité des carrosseries et des mécaniques visibles au grand jour. Que dire du son des moteurs : 4 ou 8 cylindres en ligne, V8 ou V12, les frissons sont garantis. Et puis on découvre ou on redécouvre les effluves d’huiles chaudes ricinées, les odeurs de cuir dans l’habitacle.


  Toute une ambiance qui nous replonge dans une époque où l’automobile n’était pas qu’un objet de consommation, mais bien l’expression d’une certaine sensualité.

  Amen !...

Textes et Photos : Guy PAWLAK - nostalguy@r8gordini.com


Re: -=- ALLEZ FILE AU PADDOCK !!! -=-
par patrick (bis@r8gordini.com) le Samedi, 16 janvier 2010 à 14:01

Merci pour ce superbe direct...

Vous l'avez certainement déviné, Guy assiste bénévolement la Fédé en sa qualité de Commissaire Sportif...il était aux premières loges pour nous faire vivre de l'intérieur cet événement !

Encore et encore
Amicalement
Patrick


Ajouter un commentaire